Le moulin N° 5 de la sucrerie était équipé d’un système de relayage électrique qui assurait les asservissements et la sécurité des équipements associés à ce moulin.
Cette configuration avait pour principal inconvénient l’identification laborieuse des causes de pannes.

La sucrerie a profité du remplacement du variateur de vitesse de ce moulin pour faire évoluer cette logique câblée par une logique programmée implantée dans un système numérique. Cette nouvelle configuration a permis d’une part, d’alléger le câblage électrique et d’autre part, d’aider un diagnostic de panne plus rapide.